Soda sucré ou soda light?

Sodas

Le cas particulier des calories liquides

Les calories des boissons sucrées sont les plus addictives, parmi tous nos « aliments ».
Il s’agit d’une catégorie alimentaire à part. Outre le fait qu’elles représentent notre plus grande part de sucres ajoutés, les boissons sucrées actionnent le diabète et l’obésité comme aucun autre aliment solide (pas même la junk-food).
De plus, pas mal de ces boissons renferment une concentration importante de caféine, ce qui participe à leur effet addictif.
Mais pourquoi les boissons sucrées sont-elles si mauvaises pour nous ?

Voici quelques bons arguments.

1. Lorsque vous ingérez les calories des boissons sucrées, vous ne réduisez pas pour autant les « calories solides » pour compenser cet apport. Non seulement vous consommez des calories vides, mais elles deviennent un supplément que vous ne mangeriez pas sans elles.

enfant et soda2. Entre 1977 et 2002, la consommation de calories par le biais de boissons sucrées a doublé et il s’agit de la source principale de calories sucrées ajoutées à notre régime. Dans le même temps, le nombre d’enfants obèses de 2 à 11 ans a doublé. Il a triplé chez les adolescents de 12 à 19 ans (étude américaine).

3.
Plus de 90 % des enfants et adolescents américains boivent quotidiennement des sodas. Les calories liquides représentent 10 à 15 % de l’apport calorique journalier de l’adolescent type.
Chaque canette de soda bue par les enfants quotidiennement augmente de 60 % leur risque d’être en surpoids. Ces boissons sont la source la plus importante de sucres ajoutés au régime des enfants.
Des chercheurs du Harvard Children’s Hospital ont montré grâce à un essai randomisé que si l’on offrait des « alternatives-boisson » faciles d’accès, les enfants réduiraient d’eux-mêmes leur consommation de boissons sucrées de 82 % ce qui s’accompagnerait d’une perte de poids substantielle.

4.
D’autres études ont également lié la prise de ces boissons sucrées avec le prédiabète, le diabète (notamment chez les Afro-Américains), et avec la maladie cardiaque.

C’est clair : lorsque vous buvez vos calories, vous ne vous sentez pas rassasié et, au bout du compte, vous mangez davantage.

Mais que pouvons-nous boire ? De l’eau. De l’eau du robinet.
Filtrez-la, rafraîchissez-la, pressez un demi-citron dedans et savourez!
On nous a bourré le crâne au point que nous pensons que nous ne pouvons pas boire «juste de l’eau ».
Pourtant, nous sommes principalement faits d’eau et elle nous aide à perdre du poids.
D’ailleurs, des recherches ont prouvé que boire un grand verre d’eau avant chaque repas augmente la perte de poids d’environ 44 %.

Les sodas light : bénéfiques ou nuisibles?

Si vous étiez en train de vous dire que les sodas light étaient la solution, voici quelques éléments de réflexion.

Depuis 1960, leur consommation a augmentée de 400 %.
Qu’ils causent ou non le cancer, des preuves s’accumulent pour dire qu’ils mèneraient à une prise de poids plutôt que le contraire.
Ceux qui consomment régulièrement des sodas light ont un risque de prise de poids 200% supérieur, un risque de prédiabète ou de syndrome métabolique augmenté de 36% et un risque de diabète accru de 67%.
Une étude portant sur 200 personnes a révélé que ceux qui buvaient 2 canettes de sodas light par jour gagnaient cinq fois plus de tour de taille que ceux ne buvant pas du tout de sodas.
À l’évidence, difficile de jouer au plus malin avec mère Nature !
Ruser avec son cerveau, en lui faisant croire que vous consommez des aliments sucrés, peut jouer de vilains tours à votre métabolisme.
Les édulcorants artificiels perturbent les signaux hormonaux et neurologiques habituels qui contrôlent la faim et la satiété.
Une étude poursuivie sur des rats nourris avec un régime comprenant des édulcorants artificiels a montré que le métabolisme des rongeurs ralentissait et qu’ils étaient poussés à manger davantage, donc plus de calories.
Ils prenaient plus de poids que leurs petits copains nourris avec le même aliment sucré, cette fois, au vrai sucre.
Une autre étude, alarmante, décrit que des rats, même ceux programmés pour être accros à la cocaïne, et à qui on présentait cocaïne et édulcorant artificiel ont toujours choisi … le dernier.
L’auteur de ce travail écrit : « La préférence absolue pour le goût sucré pourrait conduire à une modification dans la hiérarchie des stimuli potentiellement capables de créer une dépendance, où les régimes sucrés […] auraient la préséance sur la cocaïne et peut-être d’autres drogues ».

Le conseil conseil du Dr Hyman (et le mien aussi, ça ne vous étonnera pas) est de renoncer aux stévia, aspartame, sucralose, sucres-alcools (comme le xylitol ou le maltitol ) et autres édulcorants …
Sauf si vous souhaitez ralentir votre métabolisme, prendre du poids et devenir accro…

En résumé : buvez de l’eau pure, des jus de fruits et de légumes frais, du thé et des tisanes.
Ce sont autant de façons de varier les goûts en apportant quelque chose d’utile à votre organisme !

 

Source : Trop du sucre, du Dr Mark Hyman.
Le Dr Mark Hyman est médecin chercheur. Internationalement reconnu, il a soigné Bill Clinton après ses problèmes de santé. Il est membre d’une commission de santé conseillant le président Barack Obama. C’est un des leaders d’une nouvelle approche de la médecine qui traite notre système entier, pas seulement nos symptômes, la médecine fonctionnelle.